Un thème en évolution : industries culturelles et idéologie

De la Kulturindustrie aux industries culturelles, créatives, numériques

La Kulturindustrie est un concept introduit par T.W. Adorno et Max Horkheimer, deux auteurs de la première « École de Francfort », dans leur ouvrage : La Dialectique de la raison. Ce concept critique, voire polémique, a été traduit en français par industrie culturelle (au singulier), mais on aurait pu le traduire aussi par industrialisation de la culture et/ou dans la civilisation. Et, de la Kulturindustrie d’hier aux industries culturelles, créatives et numériques d’aujourd’hui, s’est ouvert un champ interdisciplinaire pour tous ceux dont les recherches interrogent la culture populaire industrialisée, l’articulation entre les nouveaux médias, les réseaux sociaux et les mass media dans le cadre de leur hybridation.

Le terme « industries créatives » est apparu à la fin des années 80. Aux industries culturelles traditionnelles (cinéma, audiovisuel, livre, presse et information, musique enregistrée) se sont ajoutées les industries de la communication (télécommunications, Web, fabrication de matériels"élebtzoniques) mais aussi des activités tels le design, la mode, le développement de logiciels, le jeu vidéo, l’artisanat d’art, etc.

banniere-axe1

photo Louise Merzeau CC BY-NC-SA

Projets de recherche

Les projets de recherche pourront donc porter sur toute la palette des industries culturelles, créatives, numériques.

Bibliographie

  • David Buxton, Les séries télévisées. Forme, idéologie, mode de production, L’Harmattan, 2010.
  • Marc Hiver, Adorno et les industries culturelles. Communication, musiques, cinéma, L’Harmattan, 2010.

logo-pdf
Télécharger la plaquette de l’axe 1

 

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmailby feather